Les intéressants, Meg Wolitzer

th4EGTWG1D.jpg

Comment accepter la désillusion, qui vient avec le temps ? Espoirs déçus, amours de jeunesse perdus, réussites professionnelles contrariées, semblent s’empiler peu à peu dans l’histoire de cette petite troupe d’amis. Adolescents pleins d’espoirs, ils se rencontrent dans un lieu dédié à la construction d’avenirs créatifs et florissants, un lieu de vacances à dominante artistique aux Etats-Unis, qui prêtent les aider à devenir des gens intéressants, heureux et singuliers.  Le lecteur les suit pendant quelques décennies (de 1970 à maintenant) et le lot de deuils, de maladies, des échecs sont le prétexte à la réflexion sur l’amitié et son évolution, sur son ambiguïté, sur les liens qui unissent depuis l’adolescence, qui se distendent mais ne rompent. Les mouvements de modes, courants de pensées, événements qui ont bouleversé leurs vies se succèdent, rendant les frontières de leurs sentiments mouvantes, parfois incertaines. Les destinées, plus ou moins heureuses, des protagonistes, sont altérées par la fin de l’insouciance, les réalités que leur impose la vie. Car l’Amérique elle-même doit affronter les épreuves, tout comme eux, pendant ces années.

Tout cela rend la lecture un peu confuse, avec des motifs narratifs, des retours, les passages sur les différents points de vue des personnages. Quelques coquilles apparaissent dans le livre, font douter sur le style ou sa traduction. Malgré tout, cette histoire un peu douce-amère est une belle histoire d’amitié.

La musique est présente dans ce livre, bien sûr. Un des personnages, campé par Jonah, fils d’une célèbre chanteuse folk, m’a particulièrement émue. Guitariste introverti, son enfance est marquée par une blessure difficile à oublier. Je lui offre ce joli morceau d’Eric Clapton, « Tears in Heaven », un peu mélancolique, live in Madison Square. Les paroles vont bien avec l’ambiance de ce récit :  « Saurais-tu mon nom si on se voyait au Paradis ? ».

Et puis d’ailleurs, de temps en temps, un bon Clapton, ça fait du bien, non ?

Eric Clapton

 

Eric__slowhand__Clapton.jpg

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :