La note noire, Chris Constantini

001778058-hq-168-80.jpg

Un bon polar, ça vous dirait, pour la fin de week-end, pour le dernier jour de plage ou de hamac sous la ramée ?
J’en tiens un  :
« La note noire », de Chris Costantini. En 2009, cet auteur a obtenu avec ce titre le prix du premier roman du festival de Beaune. Il est musicien de jazz. Saxo ténor. Il parait qu’il fait la cuisine, en plus ! Quel homme !

Son héros ? Le genre qu’on aime, Thel, policier désabusé, ombrageux, obstiné, tendre et new-yorkais. Oh la la,  je craque ! En plus, il aime le jazz. S’appeler Thelonius, ça aide… L’histoire ? Haletant suspense qui commence par la découverte d’une première victime, égorgée, portant sur le front la marque du drapeau des Etats-Unis., puis d’une deuxième, même modus, portant, lui pavillon britannique.
Sur fond de jazz de nuit, le récit nous entraîne jusqu’en France, où le Pauvre Thel est rattrappé par ses vieux démons.
C’est écrit en finesse, avec de jolies métaphores. Efficace et fluide, comme du Chester Himes.  J’ai eu envie de lire les autres ouvrages de Costantini et j’ai bien fait. Mais je vous en parlerai plus tard si vous êtes mignons.
Un p’tit coup de Stan Getz, Charlie Bird, avec ça ?

Stan Getz – Charlie Bird

stan.png

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :