Gourmandises à Lisbonne

20150831_133247D’après Tessa Kiros, auteure d’un magnifique livre de recettes « Cuisinez comme à Lisbonne », aux Editions Marabout, c’est ainsi qu’il faut procéder : dessaler la morue, la faire pocher, effeuiller la chair finement, la mélanger avec de la purée, ajouter de l’échalote et de l’ail, de l’œuf, du sel, du poivre, du paprika, de la muscade et du persil. Après en avoir fait des croquettes de forme ovale, il faudra les frire dans un bain d’huile.  Mais non, voyons, ce n’est pas du tout comme des accras !
20150831_143306.jpgJe me trouvais un jour à Lisbonne, en vadrouille. Après le rendez-vous que m’avait donné Alejandro (Pessoa, bien sûr), qui m’avait attendue, assis depuis des années à la terrasse du café si bien fréquenté « A Brasileira », j’eus une faim soudaine et envie de quelque chose de plus consistant, plus terrestre en tout cas, que sa poésie. Non que la cuisine soit un domaine que j’ignore, -je me débrouille plutôt pas mal-, vous imaginez bien que je n’avais pas pensé à prendre une friteuse en faisant mes bagages, et je fus donc contrainte de me fournir la convoitée nourriture toute faite, toute fraîche, dans la boutique idoine. Au 106 de la rue Augusta, la dite boutique existe bien. D’accord, ce n’est pas la recette de Madame Kiros, l’iconoclaste chef de la « Casa Portuguesa » ayant ajouté à la préparation, sans vergogne et sans mégoter, un cœur de fromage fondant, comme si ce n’était pas assez riche comme ça. Depuis plus de cent ans, il les vend ainsi, lui, ses pasteis de bacalahau. Mais là, je peux vous dire qu’avec un petit verre de vin blanc bien frais, à la terrasse de cette bonne maison, j’ai passé, ma foi,  un très bon moment. Et si je vous avoue que j’telechargement-2étais partie pour goûter un autre pasteis -de nata, cette fois-, je me suis dit, que ce ne serait pas sage dans l’immédiat. Oh, rassurez-vous, j’ai adoré aussi ce petit gâteau, douce tentation à laquelle j’ai succombé dès le lendemain, avec un verre de porto, pour me remettre des émotions délicieuses du fado. Et il me restait encore beaucoup de choses à voir et à goûter à Lisbonne !

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :