Ce n’est pas (que) du cinéma !

Construit en 1938, d’architecture coloniale, sur la place du 9 avril 1947, que j’appelle Grand Socco, à Tanger, le cinéma « Le Rif » fut longtemps abandonné,  voué à ne devenir que ruines. P1020538.JPGDans les années 1960, on allait encore au cinéma pour parler, fumer, s’embrasser dans le noir et regarder des films, bien sûr. Puis le public a abandonné les salles, et « le Rif » se mourait peu à peu. Jusqu’au projet associatif un peu fou d’un producteur français, Cyriac Auriol, de Yto Barrada, photographe marocaine, et de la plasticienne Bouchra Khalili. C’est en 2007 que l’aventure commença. La nouvelle cinémathèque de Tanger était née. « Le Rif », maintenant, ressemble à sa ville. Dans une société qui fréquente peu les salles obsures, préférant la télévision ou profitant de copies pirates des grands films, on s’alimente d’images. C’est ce paradoxe que cultive l’association, installant avec art le spectateur en une décoration chinée aux puces, ouverte sur un lieu de rencontre, le café, qui rappelle le passé en cédant aux pratiques actuelles de diffusion culturelle, de renouveau du cinéma. Lieu convivial, créatif, l’endroit est fait pour plaire aux nostalgiques du cinéma en attirant aussi une clientèle jeune. La salle est superbe, l’acoustique impeccable, l’image parfaite, la programmation très exigeante, autour des plus beaux documents de l’histoire du cinéma arabe et international. De Fassbinder à Tarantino, passant par Youssef Chahine, Miyazaki, les classiques de l’art succèdent au meilleur du contemporain.15894925_10154580782473301_6815457586287056298_n En proposant des films d’archives, des séances pour enfants, des films arabes grand public, mais aussi des ateliers, conférences, travail en résidence, festivals, la structure attire une clientèle variée, habituée ou de passage, des familles, tous attirés par ce lieu exceptionnel qu’est « Le Rif », qui s’est donné pour but associatif de développer la culture cinématographique au Maroc. C’est également un conservatoire des archives cinématographiques du monde arabe, des collections de films documentaires, de vidéos d’artistes et de cinéma expérimental. J’apprends que l’association est partenaire du Festivals des Trois Continents de Nantes, de manifestations en Suède (Göteberg) et aux Etats-Unis (Los Angeles), en Italie (Bologne). Ce lieu exceptionnel participe, comme la mythique librairie des Colonnes, à mon goût pour Tanger, la ville multiple.

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :