Les falsificateurs, Antoine Bello

telechargement

Paranoïaques, amateurs de théorie du complot en tous genres, vous voilà servis ! A mi-chemin entre le roman d’aventure et la science-fiction, ce récit va vous combler. Antoine Bello nous présente son héros, Sliv Dartunghuver. Idéaliste, intelligent et rationnel, il n’hésite pas à se remettre en cause et à jouer sa vie pour servir la vérité. Fraîchement diplômé en géographie, il trouve un emploi très bien rémunéré dans le secteur des études environnementales, au sein d’une entreprise qui sert de couverture à une autre, au nom mystérieux de « Consortium de Falsification du Réel ». Il s’agit pour cette organisation secrète aux ramifications internationales de fabriquer de fausses archives, de monter des dossiers attestant de d’événements historiques réinventés, du succès d’artistes n’ayant jamais existé et de fausses oeuvres. On apprend ici que cette agence spécialisée dans la supercherie de haut-vol aurait ainsi accouché d’histoires comme « Laïka, première chienne de l’espace », de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, d’un roman d’Alexandre Dumas et même d’un aria de Bach et d’informations contenues dans les archives de la STASI… Il y en a d’autres ! Rien de plus facile, découvre le lecteur,  que de maquiller la réalité et d’inventer faits divers ou grands faits historiques. Très doué, falsificateur de grand talent, Sliv se voit chargé de dossiers de plus en plus délicats, prend goût à ce travail de révision extrême, pour lequel n’est demandé, bien sûr, aucune déontologie. Peu à peu, il monte dans la hiérarchie du Consortium, est appelé à voyager dans le monde entier. Mais il souhaite comprendre pour qui et pour quoi ses employeurs tiennent à cette falsification, dans quel but, si ce n’est d’infléchir le cours de l’histoire.

Ce récit est le premier d’une trilogie consistante : « Les falsificateurs », « Les éclaireurs », « Les producteurs ». De 1991 à 2008, on peut ainsi suivre l’ascension de Sliv. On découvre que tout est possible en matière de falsifications, que rien n’est au-dessus des forces de centaines d’agents présents dans le monde. Sliv, à la fin de la trilogie,  finira par connaître le véritable objectif du plan ultime du Consortium.

L’auteur, érudit, documenté, propose une lecture de différents scénarios dans des domaines très variés. Le rappel à la prudence, à la vigilance, face à l’information, y est évident. La fable, très réaliste, éveille sur le fait que l’Histoire est vouée à être reécrite, constamment, que si jamais il n’a été si facile de s’informer, il est aussi facile désinformer et de prêter sa crédulité aux faussaires. Par ailleurs, elle illustre bien le monde de l’entreprise où chacun revendique à tout prix une légitimité, accomplissant des tâches qui, même dépourvues de signification, doivent être effectuées.

Antoine Bello, né en 1970, est l’arrière petit-neveu de Marcel Aymé. Diplôme d’HEC, il est fondateur d’un site Internet « Rankopedia », qui affiche des classements sur des sujets très variés. Il vit aux Etats-Unis.

En 1966, Jacques Dutronc, sur sa musique, chantait ces paroles de Jacques Lanzmann.

On nous cache tout, on nous dit rien – Jacques Dutronc

telechargement-1

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :