La sacoche, Bahiyyih Nakhjavani

téléchargement

Posséder la sacoche n’ouvre pas la même voie sur sa propre vie selon que l’on soit un voleur très romantique, une fiancée aux talents divinatoires, un chef de bande, un commerçant peu honnête, un pèlerin en quête de spiritualité, un religieux inquisiteur, un espion déguisé en derviche…

Au XIXème siècle, on suit une caravane qui lentement progresse sur la route de la Mecque. Au fil des jours, chaque voyageur devient à son tour possesseur de l’objet et le lecteur lui-même sera bien tenté de la trouver, de la posséder, cette magnifique sacoche, car l’objet merveilleux, remplie de textes mystérieux, ce symbole de toutes les quêtes, doit lui ouvrir des perspectives bouleversantes sur sa propre vie, une perception tout à fait singulière de son existence, ses espérances. Et comme si nous devions vivre à jamais, l’auteure, qui ne manque pas d’un certain sens de l’humour, n’hésite pas à faire parler un mort, proposant une métaphore extrême du détachement et de la sagesse.

Si  le projet de ce roman était de nous faire comprendre que la lecture des Ecrits s’opère différemment selon le prisme de vies et d’aspirations, on sera bien d’accord et c’est même proche du lieu commun. Bien que tout cela soit assez bien ficelé, et dans l’air du temps qui est au mysticisme philosophique, cette caravane en route pour la révélation m’est toutefois apparue comme peu convaincante, et sans la réflexion profonde sur l’humanité que l’on me promettait.

Bahiyyih Nakhjavani est Iranienne, a grandi en Ouganda, a fait ses études en Angleterre et aux États-Unis. Elle a enseigné l’Anglais, la littérature et l’art. Elle vit actuellement en France.

J’ai trouvé un peu plus de consistance dans les chants de l’Iranien Alireza Ghorbani, interprète de poèmes persans, vocaliste au rare talent, soliste de l’orchestre national d’Iran. Il chante ici avec Dorsaf Hamdani, Tunisienne. La poésie de Kayyam est celle de la jouissance de la vie et de l’ivresse du vin.

 

Alireza Ghorbani ,Dorsaf Hamdani

ali-reza-ghorbani-dorsaf-hamdani-ivresses-L-hLc0zM

 

2 commentaires sur “La sacoche, Bahiyyih Nakhjavani

Ajouter un commentaire

  1. bonsoir, vous qui aimez manifestement le Maroc, je vous invite à lire « le fond de la jarre » d’Abdellatif Laâbi publié chez Folio. Ce poète (Goncourt de poésie et Grand Prix de l’Académie Française de poésie) tente de trouver ce qui, dans son enfance, lui donna la force de résister à Hassan II (8 ans de prison ..) . C’est un livre attachant qui permet d’imaginer la vie quotidienne d’une famille arabe, lointaine héritière des Mauresques d’Andalousie, réfugiée depuis toujours à Fez.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :