La maladie de Sachs – Martin Winckler

thA3OIZJKG

Entre graves maladies et petites urgences, dans la salle d’attente du cabinet médical, à l’hôpital, aux domiciles des patients ou chez les confrères, l’auteur brosse le portrait d’un médecin généraliste. Je pense toujours à ce livre quand je me rends chez le docteur et cela m’amène à chaque fois à lui demander s’il va bien. Oh ! de façon anodine, vous savez, comme on le fait lorsque l’on croise son voisin. Car la question centrale, dans cet écrit, réside dans la phrase : « qui soigne le médecin ? ».

Une succession de chapitres, rédigés à la première personne du singulier, s’adressant à Sachs en le tutoyant, donne la parole à ceux qui le côtoient. Au début, l’écriture peu ponctuée dérange. Les patients se confient, décrivent les symptômes, leurs angoisses, la confiance en l’homme qui sait les écouter. Au fil des pages apparait ainsi le portrait d’un médecin attentif, consciencieux, humaniste. Certains de ces narrateurs, pourtant, le considèrent comme un peu désabusé, dévoilent des failles et des défauts. Et lui, sur ses cahiers, confronté aux problèmes de santé, de couple, de deuil de ses patients, heurté par les incompréhensions de ses confrères, déverse le trop-plein de ses journées souvent éprouvantes, confie aux lecteurs ses propres angoisses, ses faiblesses, et même ses peines de cœur… Il ne peut pas garder tout pour lui, il a aussi ses « maux » à dire.

Si Martin Winckler est écrivain par passion, il est, de son vrai nom Marc Zaffran, médecin par conviction. Le récit est donc, en grande partie, autobiographique et constitue un témoignage sur les difficultés des médecins de proximité, la conception du métier et la prise en charge publique de la santé, sur la pression exercée par l’industrie pharmaceutique.

Ce livre remportait, en 1999, un accueil enthousiaste et reçut le Prix du Livre Inter. Albert Dupontel, dans une adaptation cinématographique de Michel Deville, incarne le personnage.

Entre Serge Lama et Gaston Ouvrard qui sont tous les deux « pas bien portants », j’ai vite fait un choix ! On se détend !

 

Un commentaire sur “La maladie de Sachs – Martin Winckler

Ajouter un commentaire

  1. Je pensais que ce live allait être déprimant mais pas du tout !
    Cette vie de généraliste n’est pas simple, surtout celui-ci profondément humain, si proche de ses patients.
    La vie avec ses douleurs physiques et psychologiques, les maladies bizarres, graves, … la mort.
    Ce métier se confronte à toutes ces étapes.
    Un livre qui ne se lit pas d’un bloc. Lecture agréable !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :