Illettré – Cécile Ladjali

 

th.jpg

Au problème de l’illettrisme sont consacrés nombre d’articles, documentaires, mais peu de romans. L’illettrisme est la situation d’environ deux millions et demi de personnes, en France. Tout en étant passés sur les bancs de l’école, ayant suivi l’apprentissage de la lecture, elles n’en ont pas acquis une maîtrise suffisante pour leur autonomie, incapables de pourvoir lire ni les horaires du bus, les prospectus de la boîte aux lettres, les bulletins de vote et les avis de la banque, ni le mode d’emploi de la machine… C’est le cas de Léo,  vingt ans, jeune employé d’une imprimerie, -comble de l’ironie !-, qui voit défiler dans le vacarme des presses et des massicots des lettres et des mots. Les consignes de sécurité sont pour lui des énigmes et il est victime d’un accident où il perd deux doigts. Sa voisine Sybille, infirmière, maman seule, vient le soigner et finit par s’apercevoir de son problème. L’amitié s’installe entre les jeunes gens puis naît le sentiment amoureux. Pour elle, il décide de réapprendre, de se confronter à son handicap, de renouer avec les mots écrits, mais la tâche est ardue, c’est un combat très difficile que décide de mener ce jeune homme et la honte de son état, l’empêchant d’aimer, se fait pesante… Il se lie avec un voisin misanthrope, François, qui l’aide en lui faisant découvrir, avec une caméra, une manière de ne pas se laisser étouffer par le manque de mots.

Au long de ce conte tragique, je me suis prise à espérer. La fin, violente et cruelle, m’a attristée. me laissant même au bord de la colère. C’est ainsi, durement, que l’auteure met en exergue une réalité qu’il est une erreur, dans notre société, d’ignorer. Il s’agit d’un roman politique, grave et douloureux, qui fait réfléchir sur ce handicap, invisible, humiliant, qui mine la dignité et l’estime de soi.

Romancière et enseignante, né à Lausanne en 1971, Cécile Ladjali a travaillé avec des enfants en difficulté.

Grâce à l’action de l’Association « ATD Quart-Monde » et les grandes fédérations d’Education Populaire comme Léo Lagrange, il existe beaucoup d’actions luttant contre ce problème, agissant pour que le droit de réappendre à lire, écrire, compter, soit possible partout, à tous les âges. Des adultes en situation d’illettrisme, organisées dans le cadre de « La Chaîne des Savoirs », vont à la rencontre de ceux qui, comme eux, ont des difficultés avec les connaissances de base. Avec quelques personnes, en Morvan, ils ont composé un slam que je vous invité à écouter.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑